Tout sur l'immobilier à Florac et La Canourgue
Vendre un bien

Comment calculer la plus-value de votre vente immobilière ?

Lors de toute vente immobilière, une plus-value est possible : il s’agit basiquement de la différence entre le prix de vente et le prix d’achat. Vous pouvez (et devez) calculer votre plus-value immobilière à Florac en amont de la transaction, de façon à prendre la bonne décision : vendre tout de suite, si c’est le bon moment, ou attendre une période plus avantageuse si vous estimez que votre plus-value est trop basse. Mais comment effectuer ce calcul ? 

Calcul de la plus-value immobilière à Florac pour une résidence principale

Dans le cas où vous vendez votre résidence principale, voici la formule à utiliser pour calculer votre plus-value immobilière à Florac :

Prix de vente – prix d’achat = plus-value

Exemple :

Prix de vente : 110 000 euros

Prix d’achat : 90 000 euros

110 000 – 90 000 = 20 000 euros de plus-value

Toutefois, ce n’est pas si simple. Ce montant ainsi obtenu n’est pas définitif. Cela, pour deux raisons :

  • Vous devez prendre, comme prix d’achat, le montant de votre transaction plus les frais annexes et les sommes injectées dans les éventuels aménagements nécessaires.
  • Vous devez aussi prendre en compte que le prix de vente ne sera connu qu’une fois la transaction finalisée. De fait, vous avez tout intérêt à vous fier à une estimation de qualité si vous voulez calculer votre plus-value immobilière à Florac au plus juste.

Ainsi, un prix d’achat de 90 000 euros devra aussi compter les frais divers (disons : 9 000 euros) et les quelques travaux effectués pour habiter dans le logement (1 000 euros). En somme, vous aurez payé 100 000 euros en tout, et non pas 90 000 euros. Votre plus-value immobilière à Florac ne sera que de 10 000 euros.

Cela, c’est le calcul pour une plus-value immobilière à Florac dans le cas d’une résidence principale. Dans tout autre cas de figure, il faut compter avec la taxe !

Calcul de la plus-value pour un bien qui n’est pas votre résidence principale

Si ce n’est pas votre résidence principale que vous souhaitez vendre, mais un autre bien qui vous appartient, vous serez redevable de la taxe sur la plus-value immobilière à Florac. Cette taxe s’élève à 36,2 %, ce qui comprend l’impôt sur le revenu et les prélèvements sociaux. Vous devez prendre en compte cette taxe pour calculer votre plus-value nette.

Attention, toutefois : pour chaque année de détention, il faut soustraire un abattement donné pour chaque valeur.

Comment calculer les abattements fiscaux ?

Les abattements qui s’appliquent fonctionnent comme suit :

  • Au titre de l’imposition sur le revenu : si le bien est en votre possession depuis plus de 5 ans, vous devez enlever 6 % de la taxe pour chaque année de détention, puis 4 % pour la 22e et dernière année.
  • Au titre des prélèvements sociaux : retranchez 1,65 % pour chaque année au-delà de la cinquième, 1,60 % pour la 22e année, puis 9 % par an jusqu’à la 30e année.

En somme, vous devez posséder votre bien immobilier depuis plus de trente ans pour bénéficier d’une exonération complète de la taxe sur votre plus-value immobilière à Florac.

Dans quels autres cas aurez-vous droit à une exonération ?

Il arrive que des propriétaires soient exonérés de la taxe sur la plus-value bien avant les 30 ans de détention. Pour cela, il faut toutefois respecter certaines conditions :

  • Le prix du bien n’excède pas 15 000 euros (ou 30 000 euros pour deux personnes).
  • Le propriétaire est dans une situation personnelle qui justifie une exonération (retraite, invalide, ressources limitées…).
  • Le propriétaire n’est pas (ou plus) résident fiscal en France et souhaite vendre depuis l’étranger.
  • Le propriétaire vend pour la première fois tout en n’ayant pas été propriétaire de sa résidence principale les deux années précédant la cession.

Pour pouvoir calculer rapidement la valeur exacte de votre plus-value immobilière à Florac par rapport à vos années de possession, utilisez cette calculatrice. Vous pouvez maintenant décider en toute connaissance de cause si c’est le bon moment (ou pas) pour vendre !

Article écrit par:

Avatar

Responsable d'agence

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

6 Partages
Partagez
Partagez6
Tweetez
Enregistrer